En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Saône et Loire - Département

Comprendre

Imprimer la page
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager cette page

Pierre-François Guillon et son école

En 1871, Pierre-François Guillon, compagnon charpentier du Devoir de Liberté créait à Romanèche-Thorins l’Ecole professionnelle pratique de stéréotomie appliquée à la construction, plus connue sous le nom d’École de Trait.

Pierre-François Guillon est né le 13 juin 1848 à Romanèche-Thorins, village viticole situé dans le Beaujolais à une vingtaine de kilomètres au sud de Mâcon. Fils d’un Maître charpentier établi dans une vaste maison du bourg, il commence à l’âge de 14 ans un apprentissage dans l’entreprise familiale. Souhaitant poursuivre sa formation parmi les compagnons, il quitte Romanèche-Thorins pour effectuer son Tour de France et débute à Auxerre en mars 1866, où il est admis par les compagnons du Devoir de Liberté sous le nom compagnonnique de Mâconnais l’Enfant du Progrès. Il séjourne ensuite dans plusieurs villes, Paris, Blois, Angers et Tours.
De retour à Romanèche -Thorins en 1871, il fonde l’École pratique de stéréotomie appliquée à la construction dans le but de former des "ouvriers d’élite". De nombreux élèves viendront jusqu’en 1923 se perfectionner en charpente, menuiserie et coupe de pierre auprès d’un professeur soucieux de transmettre ses connaissances et donner à ses élèves une solide formation professionnelle.

L’école de Trait

Chaque année, une vingtaine d’élèves en apprentissage, âgés d’au moins quinze ans, venaient suivre son enseignement. Les élèves étaient internes et les cours répartis sur trois ans. L’école ouvrait également ses portes à d’autres élèves, des compagnons, ouvriers ou entrepreneurs qui souhaitaient se perfectionner ; ils étaient externes et ne suivaient que les cours du soir.

La formation commençait par l’étude des assemblages, puis les élèves étaient initiés à l’art du tracé de charpente. Pour parfaire un apprentissage complet du métier de charpentier, Pierre-François Guillon basait son enseignement sur la théorie mais également sur la pratique avec la réalisation de maquettes en petit modèle mais également à grande échelle dans le cadre de chantiers dans son entreprise de charpente.

imagededroite